Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

18 Nov

M. à Pigalle...

Publié par @line  - Catégories :  #surV!VRE sans LE travail

M. en concert privé ce soir au Ballabus... L'ambiance de cette toute petite salle est de suite surchauffée! Nous sommes une poignée...
En entrant, j'ai de suite réquisitionné une place l'unique banquette en velours rouge face à la scène. Je peux m'asseoir -et respirer à l'occasion autrement qu'à la hauteur des aisselles des autres- et même, me mettre debout dessus lorsqu'il me prend l'envie d'une photo ou plus simplement de voir M. et ses musiciens. Je suis à moins de 8 mètres. C'est autre chose que le Zénith ! Elle est géniale cette petite salle de concert !

Il n'y ait que des jeunes jeunes. Nan nan. Le public de M. toute tranche d'âges confondues chante, hurle parfois, les chansons de M. Je remarque que mon voisin doit avoir fait baisser la moyenne d'âge. S'il a 13 ans, c'est le maximum. Sa mère, moins de quarante sautille à côté de nous.

Heureusement la musique live dans cette salle s'écoute bien car j'ai encore oublié de prendre des boules Quies.

M. apparaît disparaît de la scène tantôt avec, tantôt sans, les fameuses lunettes lumineuses en forme de M.
Il fait de superbe solos ; fait monter sur scène un jeune fan pour lui faire jouer de son instrument à cordes avant de se jeter sur son public tout en continuant allongé sur le dos de gratter sa guitare. Puis, il remonte sur scène, fait vibrer avec sa bouche les cordes de sa guitare...

Le public frappe des mains, saute sur place, chante avec lui... Il miaule , le public rugit !
Quelle ambiance!

L'heure est finie -la bonne mesure pour moi- le public lui, en réclame davantage...
M. est généreux, joyeux et pétillant de vie, il offre un somptueux rappel.

Émotion, la basse martèle un lent tempo pour cette dernière ballade en voix susurrée , sa bouche plus que jamais transpire de la pure poésie.

M. à Pigalle...
M. à Pigalle...M. à Pigalle...M. à Pigalle...
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.