Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

22 Oct

Autour de la Neue Synagogue, Berlin

Publié par @line  - Catégories :  #ALLEMANERIES

Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin

Que ce soit à la Mitte - restaurant très chic- ou au centre du populaire Kreuzberg on n'échappe que difficilement aux spécialités turc peu chères et savoureuses de Berlin. Du moins, c'est ce qu'on m'en avait dit. Alors voilà, je vous en parle, bien que je n'y ai pas mis les pieds! (Pas eu le temps alors promis, je testerai la fois prochaine.)

Par contre, j'ai pas loupé l'Oxymoron (Hackesche Höfe, Höfe I, Rosenthaler stras se 40/41 10178 Berlin, dans le quartier des Granges) : la classe ! Magnifique décoration intérieure, service zélé discret et souriant, des menus à 13€ époustouflants d'inventivité, la carte selon le marché, très abordable...

Dans cet ensemble architectural des Granges où de cour en arrières cours on s'émerveillent sur les boutiques de designers, d'art contemporain sont égrainées toutes sortes de rénovations urbaines, réussies au demeurant ; pour la pause l'endroit garantie un délicieux moment.

En poussant à peine un peu plus loin, toujours dans le même bloc de bâtiments le café cinéma et les cinémas avec leurs graffitis aux murs...

A deux pas, la nouvelle synagogue, jolie extérieurement vous laissera un peu sur votre faim... L'audio guide bavard se perd dans des histoires où peu de choses sont physiquement présentées dans la partie musée... et pour cause : presque tout à disparu!

On se représente tout de même assez bien ce qu'à pu être l'édifice au temps de sa splendeur : immense, pourvu de décorations arabo-andalouse de toute beauté.

Touriste en peu enclin à l'imagination, reste dehors, admire la façade et la coupole et consulte un livre! Tu en apprendras autant qu'en entrant dans le musée. À moins que comme moi, contre mauvaise fortune, bon cœur, tu ne choisisses de soutenir la communauté pour ses efforts...

Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Autour de la Neue Synagogue, Berlin
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.