Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

31 Oct

Les loups -ouh... les loups sont entrés dans la ville

Publié par @line  - Catégories :  #surV!VRE sans LE travail

Les loups -ouh... les loups sont entrés dans la ville
Les loups -ouh... les loups sont entrés dans la ville
Les loups -ouh... les loups sont entrés dans la ville

"Picasso mania" au Grand Palais. Je n'y serai peut être pas allée tant ce titre racoleur m'avait rebutée. Et me voici invitée. Deux heures quinze de bonheur. Une exposition -dont une centaine d'inédits- qui réjouit les yeux.

Happés dès le début de l’exposition par ce mur d'entrée où 18 écrans noirs et blancs occupent l'espace, installation de Laure de Clermont-Tonnerre & Diana Widmaier Picasso. On y entend et voit des peintres, architectes et cinéastes dont le portrait s'anime tour à tour, face à la caméra, pour caractériser le génie Picasso, son influence sur leur propre activité créatrice. L'architecte Frank Gehry parle d'un sentiment de liberté, la cinéaste Agnès Varda "d'amourosité"... on conclura le parcours d'exposition par l'engagement de Picasso auprès du Parti Communiste, ses dessins à la Une du journal l'Humanité ou l'Humanité Dimanche, puis par les hommages au travers des œuvres érotiques ou plutôt abordant la sexualité dans tous ses états. Étonnant au passage que cette ultime salle soit en accès totalement libre...

Adel Abdessmed m'a touchée en rendant hommage à Picasso à l’œuvre "Guernica' avec une réalisation totalement renversante de mêmes dimensions où s’entremêlent collés des animaux naturalisés intitulée "Who is afraid of the bad big Wolf?"

J'ai admiré amusée ces masques formidablement drôles confectionnés à partir de jerricans découpés affublés d'un ou deux éléments additionnels feront sens au gré de votre imagination... et j'ai découvert que 'Les demoiselles d'Avignon' non seulement étaient des prostituées, mais surtout n'étaient pas d'Avignon (près du pont), non, mais de la rue d'Avignon à Barcelone!

Enfin, les petits dessins érotiques aux traits épurés où le geste sur et inimitable de Picasso force l'admiration : vous regretterez sans doutes qu'en librairie il n'y eu pas de proposé, un tirage "à part"... de ces malicieux "crayonnages'!

Jusqu'au 29 Février 2016 Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h.

Nocturne le mercredi, vendredi et samedi de 10h à 20h. Fermé le mardi.

Entrée : 14 euros / TR : 10.

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.