Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

09 Oct

Yorckschhösschen : un bar, une nuit à Berlin

Publié par @line  - Catégories :  #ALLEMANERIES

Yorckschhösschen : un bar, une nuit à Berlin
Yorckschhösschen : un bar, une nuit à Berlin

Voilà un bon exercice pour comprendre la numérotation des rues Berlinoises : chausser ses lunettes grossissantes (préférer les loupes) et fixer en coin de rue en dessous du panneau portant l'inscription du nom de rue les numéros. Bien comprendre que s'il est indiqué 1 à 14... Inutile de traverser en face vous lirez 80 à 90!

Conclusion ? Marchez jusqu'au 14. Après le feu, le nouveau pâté d'immeubles c'est la suite de la rue Yorck vous y trouverez bien le numéro 15. Bon, au début ça surprend, puis on s'habitue à cette autre rationalité.

Donc,

au 15 Yorckstr. (10965) du quartier ouest du Kreuzberg, voici une drôle de bâtisse éclairée comme un jour de fête. Il s'agit d'un des hauts lieux du jazz et de la musique live à Berlin.

Le décor intérieur chargé relève du fabuleux. Quant au service attentif diligenté par de très jeunes femmes outrageusement maquillées... il laisse rêveur ! Vêtues de longues sur- vestes noires le cul serrées dans d'étroits shorts, jambes gainées de noir transparent, leur blanc jabot vomit des froufrous qui ôte tout espoir d'apercevoir le moindre téton.

Des plats justes corrects à des prix très doux... autorisent ici une station prolongée pour le spectacle d'une clientèle interlope à laquelle se substitue des bobos hétéroclites les soirs où, en l'absence de concert, il conviendra de s'installer devant l'écran géant déployé, de siroter sa boisson préférée en partageant la morosité d'une projection de film en allemand ! Un conseil: pratiquez avant de vous hasarder ici Arte en non stop un mois à minima. (Celles et ceux qui depuis 30ans auront suivi les après midis de l'inspecteur Derrick sont par essence dispensés... ).

A l'entrée/ ou à la sortie -c'est selon- une terrasse sous la végétation luxuriante permet aux moins frileux d'entre nous d'apprécier le calme du quartier à l’abri de toute circulation.

Berlin, où sévit un calme très " provincial" passé 20h et le petit bonhomme vert se fâchera bien rouge au passage piétons des rues sans circulation constatant votre comportement peu civique, typiquement parisien....

Yorckschhösschen : un bar, une nuit à Berlin
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.