Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

07 Mar

Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?

Publié par @line  - Catégories :  #Mexicaineries

Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?

 quelques heures de l'envol, quoi de mieux que de découvrir la dernière coqueluche contemporaine de Mexico ?

L'architecture externe est remarquable et force l'admiration. Réalisé par le mexicain Fernando Romero époux de l'une des filles du milliardaire mexicain Carlos Slim, le richard Number One mondial (si si, avant Bill Gates).

Il abrite leur collection particulière - incroyable et outrageante quelque part- de 6000 m2 sur six étages. L'accès est gratuit. Le musée situé au nord de la ville dans le quartier de Polanco devrait accueillir des expositions d'art international dans l'espace d'accueil temporaire où Venise était à l'honneur au moment de la visite.

A l'intérieur, la desserte des étages n'est pas sans rappeler le musée Guggenheim avec une large montée en colimaçon, l'extérieur tel un Tage Mahal reflète la lumière du soleil. Un hommage à sa femme décédée en 1999 dont ce musée porte le nom.

Le dernier étage n'est que sculptures : des Rodins, des Dalis, Canaletto... Le prix des oeuvres achetées aux enchères chez Christies figure au dos des oeuvres, je vous laisse savourer la modique somme d'un " petit " tableau... ( Comme c'est pas exposé à hauteur de nain, vous m'excuserez pour la netteté de l'image prise avec mon IPad... puisque pour ceux qui n'ont pas suivi j'ai perdu mon appareil photo dans un taxi le troisième jour de mon arrivée à Mexico!)...

Diego Riviera avec deux fresques en mosaïques originales -à l'entrée au RDC, non loin du penseur de Rodin- dont l'une présente une scène champêtre de face tandis que de l'autre côté, on voit la même, mais de dos.

Les mexicains sont les plus nombreux à visiter, comme un peu partout dans le pays leurs lieux de culture et d'art. Ici, commeailleurs.

Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Muséo Soumaya, digne des frères Schlumpf?
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.