Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

22 Jan

Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.

Publié par @line  - Catégories :  #SENEGALERIES

Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.

Un beau batiment art déco abrite une collection d'art africain. Au rez de chaussée de belles sculptures (fécondité) des masques (de danse, de contrôle social, de rites funéraires, d'inititation, d'étonnants masques Gélédés (société dirigée par les femmes), des coiffes (de circoncis), quelques bijoux, des variantes de portes bébés, des statuettes funéraires... De belles cannes de chef, quelques outils, des instruments de musique et une vidéo avec des danses Peulh. Le tout conservé par quelques centimètres de poussière.


Quant à l'étage consacré aux expositions temporaires il y est présenté "Texte-Style", une très  jolie exposition qui met en scène des étoffes africaines au graphisme recherché. Des recherches sous formes d'échantillons. Des pagnes, habits de guerre, vêtements de chasseur, culottes de cotonnade, costumes et bonnets. Quelques tableaux où les tissus font matière telle des mosaïques réalisées avec des écheveaux, divers tissages et une installation de bandes de tissus que l'on doit à Abdoulaye Doye, oeuvre non datée (de 20×630cm en 12 bandes peintes de "sor")...

Dans le jardin asséché quelques sculptures remarquables et un superbe baobab près d'une galerie dont l'accès gratuit serait apprécié si les responsables "n'oubliaient " pas de venir ouvrir... comme ce dimanche où j'espérais découvrir la nouvelle exposition d'art contemporain proposée aux amateurs...

Sacrée sénégalerie !

Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Musée Théodore Monod... une conservation qui respire le temps qui passe.
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.