Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

25 Jan

L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar

Publié par @line  - Catégories :  #SENEGALERIES

L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar
L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar
L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar

A l'heure où le soleil adopte des couleurs dorées, où la lumière rasante sur la mer étale vous contraint à cligner des yeux face aux multiples éclats d'argent, les pêcheurs de la baie de Soumédioune reviennent vers la plage en flotilles colorées.
Les femmes aux costumes chamarés les accueillent avec des bassines prêtent à écailler peser et mettre en glace. De petites tables et des tabourets de bois ici et là matérialisent tout contre le parking à pirogues à ciel ouvert l'espace de vente à deux mètres de l'eau. Sortie à peine du marché lugubrement nommé "la gueule tapée" (quartier médina) les couleurs et l'animation joyeuse du marché de poissons me ravie.

Mon amie me rappelle à l'ordre lorsque je m'égare plongée dans ce besoin frénétique de photographier les couleurs l'effort les sourires les regards la plage... En effet, sans y prêter garde je me suis éloignée pour me retrouver au centre d'un espace exclusivement masculin. Bien que je n'ai ressenti aucune malveillance je retourne les pieds mouillés vers la zone mixte de vente où nous choisissons deux énormes crabes (1,2kg/2300 FCFA/3,45€) après avoir examiné la variété de cette pêche où nous ne pouvons nommer assurément qu'une demie douzaine de poissons. Une femme et un adolescent nous escortent depuis un petit moment avec des sacs en plastiques ; ils nous lâchent pour des acheteurs qu'ils espèrent plus dispendieux.

En rentrant mon amie plonge les bêtes encore abassourdies du mauvais sort qui les a engourdies sur la glace pour les plonger dans un jacuzzi chaud-bouillant où elles se mettent à chanter, puis déchanter en changeant de couleur.


Patiemment elle les décortique une fois atiédies, elle sale, poivre, rajoute un zeste de gingembre arrose d'un jus de citron vert une pointe de mayonnaise pour lier le tout et réserve le plat au frais le temps de servir les boissons apéritives. .. attelés aux pattes et aux pinces nous concluons ce moment intense par la dégustation de ce met délicat.
 
Est-il besoin de dire que ce fut un délice ?
Sacrée sénégalerie !

L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar
L'arrivée des pêcheurs de Soumbédioune, Dakar
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.