Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

13 Apr

De la Floride au Canada

Publié par @line  - Catégories :  #AMERICAINER!ES

De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada

Traversée de l'Amérique  du nord : des États-Unis à Québec.

Bon j'ai bien cru que ce ne serait pas aujourd'hui que nous quitterions la Floride pour traverser la monotone Georgie. Pas facile la remontée vers le nord de l'Amérique en voiture !

A la sortie de Sarasota à la hauteur de Tampa sur l'autoroute 75 des travaux annoncés sur 30 miles (environ 50 km) nous contraignent au pare choc contre pare choc deux heures quinze durant sans échappatoire. Les malheureux qui tentent une sortie se retrouvent encore plus coincés sur une route Floridienne à une seule file et nous les observons à distance, deux nôtres, depuis l'autoroute ! De nombreux véhicules immatriculés au Canada migrent comme nous vers le nord : l'annonce du printemps et de la prévisible fonte des neiges...  ? Voilà quatre jours seulement à Montréal il a neigé gros me dit-on.

Mes charmants hôtes m'ont aménagé une place à côté de leur chien de garde. Bien qu'ils aient l'habitude de ce trajet pour rentrer chez eux au Canada coffre plein, jamais ils ne se sont faits coincer ainsi. Aussi en 1/2 heure nous expédions le pique-nique sur l'aire de Lochloosa en bordure de lac (sur la 301 à quelques miles de Hawthorne, après Ocala) pour rattraper un peu ce temps perdu.
Le ciel bleu tranche avec les verts des arbres magnifiques envahis par la mousse espagnole. Je trouve cela très joli bien que l'arbre étouffe.

Il y aurait des alligatores... je me méfie un peu. Déjà, hier soir j'ai hurlé en voyant au dessus de la baignoire une coquerelle marron ennnôorme ! Longtemps j'ai entendu le bruit de la bête qui tombe asphyxiée sur la blanche baignoire... et ce matin -dois - je préciser ? - j'avais les yeux rivés au syphon en prenant ma douche  !!!

Il n'empêche que ce lac attire de nombreux pêcheurs à la ligne qui ne semblent pas effrayés le moindre du monde. Ils garent leurs véhicules customisés avec des roues de camion - la grande mode états-unienne - à côté de la voie ferrée après avoir mis en eau leur bateau à moteur. Au loin on entend siffler le train comme dans les bons vieux westerns avant de le voir surgir entre deux bordées d'arbres à une centaine de mètres de nous. Deux minutes longues minutes passent avant que le dernier wagon de marchandises ne laisse apparaître la petite poste dont la porte cadenassée nous enjoint à renoncer au dépot de nos cartes en boîte à lettres. Elles pourraient finir aussi décaties que ces boutiques et maisons que nous regardons défiler de derrière la vitre car nous voilà "on the road again".

Il fait un temps splendide.
Bientôt nous passerons en Georgie. A partir de Baldwin plus de chevaux de ranch, de chèvres ou de moutons. La route bordée de bois est superbement entretenue. Elle masque les cultures et les
fermes.
Nous rapprochant des grandes villes, de belles et vastes demeures très isolées indiquent combien ceux qui les habitent doivent "être bien avec eux mêmes" pour vivre pareil isolement. A cet endtoit, nous sommes à hauteur de Jackson-ville et nous rejoignons la 95 en direction de Savanah.

Les jours suivants bien que je surveille les panneaux qui indiquent nos changements d'États... je loupe ces petites "frontières" pas toujours indiquées : traversée de la Caroline sud -non loin de (Colombia la capitale)- puis Caroline nord (Charlotte et ses immeubles modernes), l'état de Virginie d'où après une courte pause nous empruntons la 81 qui mène au Canada à la Louisiane.

Bientôt des notes de verts, de jaune, de rose (arbres de judée) et du crémeux blanc ( des pruneliers, des azalées... ) éblouissent nos regards rivés sur les montagnes "Blue ridge" qui font partie de la chaîne des Appalaches. Celles-ci s'étendent depuis la Gaspegie jusqu'en Georgie. Une idée de chemin de randonnée pédestre pour les courageux... qui trouveront ma traversée en auto stop expresse bien rapide à leur goût.

Aux arrêts les chants d'oiseaux me surprennent toujours : une grande variété mélodique. Difficile toutefois de les observer.

Évidement nous ne sommes pas seuls sur la route. De nombreux trucks de longueur variable et surtout de nombreux conducteurs squattent les files à gauche d'autoroute sans jamais penser se rabattre ! Conclusion, on double à droite!

Ouest Virginie, Maryland, Pensylvanie s'ensuivent dans cette remontée nord. Un autre accident très grave nous laisse pantois au regard du camion cabine compressée. Il nous aura fallu de nouveau une bonne heure de ralentissement pour passer à côté sur une seule file, les grues et voitures de dépannage étant encore sur place. Vu l'heure tardive et les traces de freinage il est possible que le conducteur se soit endormi au volant ou n'ait pas pu éviter un obstacle.

Après la traversée de l'état de New-York nous arrivons enfin au poste frontière où nous déclarons le chien de garde enfoui dans sa cagette bien à jour de ses vaccins et nous voilà traversant le joli paysage des mille îles que nous laissons derrière nous à regret pour plus monotone, celui de l'Ontario qui nous mène jusqu'à Québec. Le ciel s'obscurcit la nature s'assombrit la neige apparaît et nous arrivons sous une plus battante en ville. En quelques kilomètres de 17 degrés  nous passons à 11. Nous voici arrivés.
Je retrouve avec grand plaisir mon amie d'enfance et famille.

De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
De la Floride au Canada
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.