Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

04 May

Une célèbre place boursière...

Publié par @line  - Catégories :  #ALLEMANERIES

Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...

FRANCFORT. Oui. Et les banquiers sont en veine ces jours ci.

Descente sur le tarmac sous des pluies diluviennes. Navette aéroport jusqu'au métro qui en 3 stations me fait arriver à la gare centrale de Francfort située en centre ville. Je me dirige d'un pas rapide suivant les indications recues par mail la veille de l'auberge de jeunesse vers les bus, le 46. Il pleut tellement que je n'envisage même pas de faire le trajet à pied le long du Main dont les rives aménagées laissent deviner d'agréables promenades.
10 minutes après à l'accueil je retrouve François. Les formalités accomplies, l'un et l'autre bien fatigués d'avoir peu dormi -lui a accroché jusques tard à la galerie ses tableaux et moi, entre duel télévisé de 4ème dimension et mon vol à l'aube- nous optons pour la sieste matinale de début de journée, avant l'heure du déjeuner.
Trois heures plus tard nous dégustons une soupe dans un petit café branché bio en face de la galerie. Tandis que François repart finir la mise en scène en vue du vernissage de vendredi soir, j'attends en lisant que les orages qui se succèdent passent. Je m'assoupie même un peu dans un bon fauteuil le temps que mon cellulaire soit rechargé.
Enfin une légère accalmie. Un brin de lumière déchire le ciel bas er gris. Je me précipite en direction des berges des musées et je jette mon appétit sur le Städel tout en bout de Schaumankai (63).
Là m'attendent les maîtres de peinture ancienne (1300-1800) : Jan van Eyck, Rembrandt (je suis surprise par un petit tableau représentant une chaumière en regardant les cieux... il s'agit  d'une  oeuvre des tout débuts!)  Lochner, Poussin, Dürer, Grünewald, Veermer, Batoni... réunis au second étage.

Au premier, l'art moderne de 1800 à 1945 :  Manet, Renoir, Monet, Picasso, Kirchner, Berckmann...et de la sculpture et photo. Là aussi, un petit Matisse, une nature morte en bleu jamais vu... et aussi un traitement original par Liberia (1902) du sujet Samson et Dalila. 


Il me faudra descendre au sous sol pour me régaler d'art contemporain : Bacon, Baselitz, Richter, Klein, Cindy Sherman, Jean Fautrier, Konrad Klapheck, Philip Guston, Donald Judd, Wolfgang Tillmans...
Des installations d'une dizaine d'artistes occupent un joli espace vert baptisé "städel garden" et la cafétéria agréable jouxte la librairie boutique du musée.


Voici un banquier- un businessman. - ce Johann Friedrich Städel qui s'était monté une sacrée collection (1815) avant qu'elle ne soit en 2012 montrée au public dans ses développements pris en charge par la fondation. On devrait mettre dans les musées en parallèle l'envers  du décors tout de même qui permet aux riches très riches de mener vie paisible tout à  leurs loisirs... pendants que leurs subalternes vivent chichement des retombées  de leurs richesses accumulées...

Comme on ne peut porter plusieurs Rollex en même temps,  on peut accumuler des oeuvres d'art, des voitures, des îles... sans que cela ne choque énormément.

Ah! La bourse...

À la vie !
Le jeudi... c'est jusqu'à 21h en ce musée.et samedi soir ce sera la nuit des musées. On s'acquitte de 14€ pour cumuler "gratuitement " les entrées  entre 19h et 2 heures du matin. Une navette est en place toute la nuit avec ce même ticket...

 

Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Une célèbre place boursière...
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.