Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.

28 Jul

Choisir de vivre en Espagne ? Élire Valencia...

Publié par @line

Choisir de vivre en Espagne ? Élire Valencia...
Choisir de vivre en Espagne ? Élire Valencia...
Choisir de vivre en Espagne ? Élire Valencia...
Un climat favorable, une qualité de vie indéniable, une population accueillante, une langue simple à apprendre, autant de raisons de s'expatrier dans ce pays qui dispose également d’un bon système de santé et d’un bas coût de la vie. Le seul point noir -mais pas le moindre- réside en la difficulté de trouver un emploi et d'accepter de surcroît un salaire peu élevé. Or c'est déjà la situation de nombreux professionnels auto-entrepreneurs qui ont choisi le travail depuis de nombreuses années. 
Quant aux retraités français installés précisément à Valencia, pour eux, c'est déjà un petit bout de paradis avec la garantie d'une vie moins âpre (encore plus s'il s'agit spécifiquement d'anciens parisiens). 
 
Valencia est tout de même la troisième ville d'Espagne, avec un bon niveau d'activités culturelles décentralisées. L’Espagne partie intégrante de la zone euro, la monnaie officielle est donc l’euro. Le coût de la vie inférieur à celui de la France, se retrouve aussi bien dans les prix à la consommation que pour les loyers
(ceux de Paris ne donnent-ils pas le vertige à nos provinciaux français ?).
 
Cependant, sachez que même employé par une grande entreprise espagnole, votre salaire sera moins élevé qu'en France, votre pouvoir d’achat moyen en Espagne sera inférieur au pouvoir d’achat français malgré la différence de coûts. Ce coût de la vie est estimé en 2021 en moyenne 17% moins important qu'en France. 
 
Pour illustration, voici quelques données moyennes :
  • Le salaire mensuel moyen  espagnol est de : 1328€ (celui de Valencia est à 1410€), 
  • 1L d'essence coûte : 1.3€
  • Un déjeuner en Espagne au restaurant : 11€ (à Valencia 10€), 
  • En moyenne, le coût de la vie Alimentation en Espagne, revient à 34% moins cher par rapport à la France.
  • Le prix d'une place de cinéma est 8€,
  • La location d'un appartement en centre-ville en Espagne coûte 1013€/mois, (1088€/mois pour Valencia). 
  • Le prix pour se loger à l'hôtel est 10% moins cher à Valencia qu'en France, 
  • Le coût de la vie en général en Espagne pour y habiter (logement, abonnements...) est en moyenne 16% moins cher qu'en France... 
 
Vivre chichement avec 500 à 700 euros par mois en location (appartement de 60m2 dans de grandes villes espagnoles telles Barcelone, Madrid, Valencia,... ) est possible, et avec 300 euros de plus, pour se nourrir on peut vivre dans des conditions modestes, donc avec un salaire/revenu entre 600 et 1 000 euros par mois pour les besoins essentiels. 
Partager un appartement, diminuera ce coût et un bon niveau de vie à l'année vous serait garanti avec 18 000/20 000€. 
 
Côté culture, 
La relation des Espagnols à leur gastronomie et à leurs "rendez-vous" avec la table sont frappants -il suffit de voir l’incroyable variété de tapas existantes et l’imagination pour en créer continuellement de nouvelles...  l’intérêt pour l’alimentation n’est pas un patrimoine spécifique de l’Espagne, cependant, calmer une petite fringale avec des tapas à partager est un vrai bonheur convivial dont les espagnols sont rois.
 
Convaincus ? À Valencia le plus souvent l'air /les vents tempèrent la chaleur estivale... une occasion de cultiver la mer en ville du matin à la tombée du jour :
 
Enfilez votre maillot de bain, prenez votre serviette et profitez au maximum de votre journée à la plage, l'une des deux plages urbaines, soit à la Malvarrosa soit le Cabanyal. Des deux la plus charmante est la seconde, cependant aucune des deux n'est vraiment belle... Non, elles ne le sont pas. Toutefois, j'admets pour les avoir pratiquées qu'elles offrent un confort organisé pour chaque baigneur selon ses préférences d'activités en bord de mer. Elles sont équipées et incroyablement pratiques. L'accès aux handicapés à la baignade n'est pas une légende ici. Les adeptes des sports collectifs trouvent une animation encadrée où, dans des espaces aménagés les sportifs solitaires trouveront aussi leur compte. De modestes parcs de verdure abritent les jeux des tout petits le long de la promenade bétonnée où les restaurants et boutiques font le bonheur des familles. Les vélocipèdes disposent de leurs pistes ainsi que les amateurs d'autres modes de déplacements à glisse/à roues. 
 
Les parkings sont nombreux, des bus desservent les plages depuis les différents quartiers de la ville, le tramway aussi.
 
Bien-sûr, si l'on est motorisé, un choix plus large de lieux de baignade sera à votre portée à 20 mn à minima du centre ville (autre article à venir): plages naturistes et petites criques de charme... Oubliez cependant les aménagements de la ville avec offres de transats, de parasols, de douches de lave pieds, de kiosques-glaciers, la baignade surveillée, les possibilités de jets skis, de ballades en bateau...
Il faut choisir!
 
Le charme d'une ville c'est aussi ses espaces verts que j'ai déjà évoqué dans d'autres articles, auxquels je rajoute de jolis points de vues avec de superbes couchers de soleil... 
 

À la Cité des arts et des sciences, ce sera le coucher de soleil le plus architectural surtout lorsque la lumière orange se reflète sur les trencadís (type de mosaïques) blanchâtres de ses bâtiments.

Précisément, c'est du pont de l’Assaut de l’Or conçu par l'architecte valencien Santiago Calatrava (également connu sous le nom de « pont du jambon » en raison de sa forme), que se situe le plus beau point de vue de ce complexe architectural, entre le Musée des Sciences et l’Agora, vous admirerez d'un lieu surélevé les effets du crépuscule sur les bâtiments. 

Autre lieu, du quai Nord de la Marina de Valencia, l'Azul Sunset Point. À "Veles e Vents", un bâtiment emblème de la Marina Valenciana, conçu par David Chipperfield et Fermín Vázquez, la perspective unique sur les plages et La Marina vous offrira un coucher de soleil derrière la ville...

Enfin, celui dont je rêve : moins urbain et plus écologique à seulement 10 kilomètres de Valencia, dans le parc naturel classé de l'Albufera en albuferenc (barque traditionnelle) où le soleil se noie dans le lac m'a-t-on dit... Je n'ai pas encore été m'y promener, cependant cette réserve a servi de décor de tournage pour une série* que j'ai vue sur Salto durant le second confinement parisien, et je souhaite la découvrir la fois prochaine... Un endroit où, de surcroît, les gastronomes semble t il s'épanouissent harmonieusement aux paysages ! 

Alors, convaincus?

 
*L'intrigue d'El Embarcadero se déroule entre Valence et le parc naturel de l'Albufera, la série est une réussite et un “thriller émotionnel” ... elle est signée par le créateur de "La casa del papel", on y retrouve le comédien Alvaro Morte "El profesor". 
 
 
 
Choisir de vivre en Espagne ? Élire Valencia...
Commenter cet article

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.