Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.

01 Apr

Orphée & Euridice : une version audacieuse

Publié par @line  - Catégories :  #Survivre sans le travail

Orphée & Euridice : une version audacieuse
Orphée & Euridice : une version audacieuse
Orphée & Euridice : une version audacieuse
Orphée & Euridice : une version audacieuse
Orphée & Euridice : une version audacieuse

Et si Orphée et Eurydice étaient deux femmes ? s’interroge à juste titre la metteuse en scène Jeanne Desoubeaux, dans Où je vais la nuit, présenté au théâtre des Bouffes du Nord. 

L'hypothèse est bien étayée par les faits : “ En 1859, Hector Berlioz remanie l’opéra de Gluck en transformant le rôle-titre masculin ; il a rencontré une certaine Pauline Viardot, chanteuse (mezzo) mais aussi compositrice et souhaite qu’elle puisse chanter le rôle d’Orphée.“ D’où les nombreuses versions pour mezzo soprano en travesti depuis la création de l’opéra.

Alors Jeanne Desoubeaux va plus loin aujourd’hui :

 “Si ce sont bien deux femmes qui chantent, pourquoi ne pas assumer que ce sont deux femmes qui s’aiment ? Pourquoi travestir l’une d’entre elles ? Orphée peut-elle être une femme ? Ma réponse est oui.“

Fidèle à son goût du mélange sur le plateau entre des voix lyriques et des comédien·nes chanteur·euses non lyriques, l’Orphée de Jeanne Desoubeaux interprétée par la comédienne Cloé Lastère et Eurydice par la soprano Agathe Peyrat, Orphée devenant la voix miroir du public et celle d’Eurydice, “la voix étrangère, lointaine, d’un autre temps, d’un autre lieu“.

Ajoutons une mise en scène amusante, un concert pot-pourri façon mariage en prélude et vous aurez comme moi, une charmante soirée !

"Où je vais la nuit" est un opéra librement adapté du livret de Glück.

Merci GIC!

Théâtre des Bouffes du Nord

Jusqu'au 17 avril 2022.

Où je vais la nuit, est une libre adaptation de l'opéOù je vais la nuit, est une libre adaptation de l'opéra de Glück, Orphée et ydice. ra de Glück, Orphée et EurydiceMerci GIC!Théâtre des
Commenter cet article

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.