Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.

23 Jun

Mes derniers films au cinéma : l'après Cannes 2022

Publié par @line  - Catégories :  #Survivre sans le travail

Mes derniers films au cinéma : l'après Cannes 2022

Le dernier film de Quentin Dupieux : décevant, on s'y ennuie ! Pourtant,

ses idées sont extraordinaires, mais il a toujours un peu du mal à développer. Le sujet là c'est le jeunisme et le sexe. Sujet sur lequel il ne poussera pas d'idée nouvelle, nous sera servi que ce que l'on en sait déjà ! 

 
Pourtant, les 20 premières minutes sont d'ordinaire toujours assez éblouissantes (d'ailleurs c'est ainsi que la bande annonce concentre le meilleur du film). Il nous embarque dans un univers atypique, très singulier, toujours soigné visuellement, avec une lumière surexposée, et une musique qu'il signe lui-même puisqu'il est musicien… Puis, au bout d'une demi-heure, ça pédale dans le vide, l'ennui s'installe et ce, jusqu'au bout du film pour le coup, le suspens restera, la vaine attente !!! De minis rebonds feront sourire, mais ça patine, ça patine. Quel dommage !
 
"Incroyable mais vrai", manque d'ambition intellectuelle, ne donne pas d'issue à l'intrigue. Quel dommage ! 
Ce n'est pas le meilleur Quentin Dupieux, ça non. Pourtant les acteurs sont formidables. Le couple Magimel / Demoustier y est dément et irrésistible de drôlerie plus encore que Chabat / Drucker.
 
 
"SWEAT" du Suédois Magnus von Horn
 
Second métrage qui aurait eu beaucoup de succès à Cannes.... m'a ennuyée aussi! Pourtant c'est le sujet "dans l'air du temps" qui m'a poussé dans la salle sombre alors qu'il faisait si chaud à Paris ; il s'agit du portrait d'une influençeuse d'Instagram. Le film oscille entre reportage hyper-réaliste et fiction. Du coup, nombre de "situations" sont traitées de façon " voyeuristes" sans qu'il y ait une justification dans le scénario de ces choix. Que fait on ces images de ces violences de situations ? Quel propos? On ne comprends pas ce qui motive les actes de l'influençeuse placide. Une énigme :
Que veut vraiment dire ce réalisateur?
 
Deux excellents films tout de même issus aussi du Festival de Cannes, qui sortiront bientôt.  
L'un va changer de nom, en diffusion française et c'est dommage :
 
"Boy from heaven" de Tarik Saleh, Prix du scénario au Festival de Cannes 2022 vraiment mérité. 
 
On est placé au coeur d'une situation politico-religieuse opaque au Caire et de l'apprentissage de l'Islam.
 
La fable philosophique est efficace, menée à la façon polar, sur fond de critique du pouvoir égyptien. Très, très bien. Du suspens jusqu'au bout. De la réflexion tout du long. Beaucoup de finesse. De très bons comédiens.
Et, 
 
"La dérive des continents " avec Isabelle Carré, film subtil d'une belle délicatesse dans le fond et la forme, le rapport d'un fils à sa mère et vice versa.... avec les ONG et l'Europe pour trame secondaire, mais pas vraiment... car ce qui y est dit et montré laisse à réfléchir. Traité avec légèreté et humour, le sujet demeure sérieux et les propos critiques. Un très bon moment de cinéma sans prétention, bien ficelé. 
 
Voilà qui m'aura réconcilié avec les salles de cinéma si cruellement vides ces temps derniers ... 
 
Commenter cet article

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 pour accompagner les six mois d'aventure en Inde d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé dans l'urgence avec un engagement d'un article posté chaque jour sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées. J'en implore votre indulgence en lisant "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries". Puis, d'autres voyages ont suivi et des humeurs de l'entre deux, et pour finir "Survivre au travail"... la chose la plus formidable qui soit pour les chanceux que nous sommes, à jouir d'une retraite.