Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

23 Dec

Premiere sortie de Miami Beach a little havana

Publié par @line & Jean Luc  - Catégories :  #AMERICAINER!ES

Hier, nous avons testé le char d`assaut de Peter. Je parle de son Ford Explorer. Heureusement, la courageuse Marie -Sylvie s`est proposée pour le conduire. J`ai donc fait l`orientatrice... carte en main.
undefined
Nous sommes allés faire un tour en bord de mer une petite heure et faire quelques photos. Sur la plage, un peu de Qi Qong... et ensuite visite du sud de Miami Beach, avant d`aller chercher au quartier cubain (Little Havana) les festivités qui se tiennent les derniers vendredis de chaque mois. Mais voilà, ils doivent bien les cacher. Rien vu qui en témoigne.

Du coup nous avons dîner au restaurant Versailles, réputé pour ses mets délicieux à prix abordables et lieu de rencontres de la communauté cubaine exilée.

Ambiance marrante de cantine avec peu de touristes et effectivement beaucoup de locaux. Menus en espagnol et sous titrés - anglais ; des miroirs tapissent les murs de partout où l'on se tourne. il serait de bon ton de dire que cela  évoque
vaguement la galerie des glaces.. qui inspira paraît-il le propri&taire des lieux... mais même avec effort, que néni. A la rigueur un bistrot?

La qualité de la restauration? Insipide-mangeable...dirions nous, bien que généreusement servie. Un bon point toutefois pour la banane Plantain qui, si nous l'avions souhaité nous eûsse été servie à volonté...

C`est tout de même la première fois aux US, j`arrive à manger des fruits de mer -certes cuisinés, archi lavés non servis au ketchup- al dente.

Dommage que quelque soit le plat choisi -assortiment de fruits de mer cuisinés à la créole ou Paëlla- cela nous soit apparu surtout, n'avoir qu'un point commun : le goût de flotte!

Au moins, nous sommes nous dit, non seulement c`est mangeable, pour peu que l'on ait faim, mais tout compte fait, cela a l`avantage de n'être point gras! 

Nous avons quitté nos polaires en sortant du restaurant - air conditionné oblige - en nous  ré acclimatant aux 26 dégrès ambiants, reprise de la 8th SW street pour zieuter si yaurait pas une petite fête ici ou là...

En vérité, Jean-Luc avait déjà plongé dans un coma profond à l`arrière du véhicule et, quant à nous, vaillantes, nous l`avons rapatrié au lion d`or.
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.