Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

23 Jul

L'Opéra Carmen de Bizet, en !nde

Publié par @line  - Catégories :  #LA MALLE DE L'!NDE

pour la premiere fois présenté du 17 au 20 avril 2008...

Et voici un autre episode de l'ete,  vécu par Christelle qui était..., ...sur scene!

"Le temps n'a jamais passe aussi vite que ces quatre jours sur scene
et durant ces trois heures de spectacle
ce n'etait pas le temps qui volait mais nous,
sur scene en coulisse, dans notre vie de ce moment-la!

3 mois de repetitions dont deux intensifs, ca c'etait infiniment long
et apres tous les week-end puis tous les jours jusqu'a 22h00
kulfi, ma chienne venait meme aux repetitions, chacun ses enfants...
la tele indienne l'a meme filmee lors d'un reportage sur cet opera!
la, je disais, le temps etait long, decousu...lourd!

il faisait chaud, les chanteurs arrivaient de Paris en gouttes,
puis les Sri Lankais, les chanteurs de Bombay, nous de Delhi
puis les musiciens, 120 en tout sur scene...
le choeur des enfants etaient compose d'enfants des rues,
une gageure d'un ami francais, Pascal...et c'etait a pleurer...
analphabetes, ils apprirent leur morceau en francais en 2 semaines...

Carmen, Escamillo, Don Jose, un chef de choeur, un chef d'orchestre...
De ma partition ecornee jaillissaient maintenant des voix, l'orchestre, les decors!
On se grise a l'exigence de ces professionnels, une ligne pure,
celle de la musique,jaillie du chaos indien....
on sait pourquoi on est la tous les jours aux repetitions!

Escamillo est ici un acteur bollywood, que l'on acclame a la sortie de son film 'Toreador'
ou il y incarne un tueur de vaches, ( c'est pour de faux, c'est du cinema..)
censure dejouee?, choix muri pense de notre metteur en scene?, nous ne le sûmes jamais vraiment...
sinon le reste c'est tout pareil, et moi je suis la Manuelita, celle qui se bat contre Carmen
et aussi j'etais dans le choeur des femmes, une cigarette's girl au debut,
une contre-bandiere ensuite dans les montagnes LA LIBERTEEEEEE...
et une fan chic a l'ouverture du festival de film....

une question essentielle vous brule les levres: mais qu'est-ce que je fouttais la??
puisque personne ne me connait des talents de chanteuse??? !!
et vous en deduisez immediatement que ca devait etre nul...
je crois que c'etait bien en fait
et moi j'etais la parce qu'en octobre dernier, j'ai commence la chorale avec Gabriela!

Gabriela est une chef de choeur hongroise, ma Castafiore a moi a qui je ne peux rien refuser
je l'adore, je suis fan, redevenue petite fille devant la maitresse qui detient le secret de l'art lyrique...
de la beaute du monde, Orphee...bref, je m'emballe...
elle ne m'a pas prie de chanter dans Carmen, c'est moi qui ai insiste, elle m'a meme dit qu'elle me virerait le cas echeant
Rien lui refuser ca veut dire: danser sur du Lully en tutu rose bonbon lors d'un spectacle de chorale
...et comme je n'avais pas essaye mon costume avant, je me suis ridiculisee....
devant un chaste public indien et mes eleves lyceens de l'ecole francaise
cf. photo...bref, devant c'etait moins pire et je n'en suis pas morte
...

J'ai bosse cette partition de Carmen, comme une folle, j'ai ecoute cent fois le Cd de l'opera
vu des dvd, essaye de memoriser les moindres soupirs,  crescendo,  legato, stacato, ...
j'ai vecu dans ces pages pendant deux mois, et pour tous les amateurs que nous etions c'etait pareil
au boulot, le week-end, toujours toujours cette musique et surtout la nuit
nous ne dormions plus pour beaucoup
la chaleur de l'ete arrivant, et surtout cette musique qui nous emplissait la tete jour et nuit
a l'improviste
je croyais que j'allais devenir folle, lobotomisee
je ne pouvais plus apprendre une ligne de mon theatre, retenir quoi que ce soit...
je ne connaissais pas ce pouvoir presque malefique de la musique
qui habite le fond de l'ame, l'inconscient, qui se materialise dans le corps comme ca
qui vous domine...j'ai eu un peu peur meme...

c'est ca que je voulais vous dire sur la musique, sur le pouvoir de la voix
la beaute m'a rendu confuse, avec son melange de bien et de mal...

nous, la troupe de Carmen, 120 personnes
avons vecu la meme chose pendant 3 mois

Ch."
Commenter cet article

sieglind la dragonne 25/07/2008 08:44

Pfff... T'as pas chanté l'air des cartes (mon préféré, j'ai du mal avec Carmen, trop entendu certainement) J'ai vu sur Mezzo un Pêcheurs de Perles de "Georges" aussi... ça faisait plus couleur locale (tuer des vaches dans un pays qui les sacralise... ça fait désordre hé, hé. Bonne journée vous-deux

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.