Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

16 Apr

D'aventures en aventure : de Takamatsu (île de Shikoku) à Osaka

Publié par @line  - Catégories :  #NIPPONERIES

Dernière et ultime nuit sur l'Île de Shikoku (nous avons trouvé ce matin notre hébergement pour ce soir, à Takamatsu "Hotel number 1"). Nous avions bien dormi dans l'auberge perdue en montagne entre Tosa- Iwahara et Oboké, après cette journée épuisante d'hier, avec la demie journée de Rafting dans la vallée de l'Iya,  puis l'Onzen aux eaux bien chaudes de la montagne, pour finir la soirée en l'arrosant abondamment de Saké chaud et froid, (de bières aussi, pour Gic qui lui, avait commencé bien plus tôt, en la compagnie de l'équipe de Happy Raft, au prétexte que j'étais en train de m'attarder à l'usage de la Wi Fi en leurs bureaux)...

Ce matin, comme les jours précédents j'ai médité et pratiqué le Qiqong en écoutant les oiseaux au pieds des pins troncs fins puis notre jeune hôtesse Azusa (prononcer Adwja) Tada -de l'équipe Happy Raft et jeune voyageuse à mi temps de 26 ans- nous a accompagné jusqu'au départ du train en gare ; fort heureusement d'ailleurs, car avant huit heures, personne en guichet  pour délivrer de billets! 
L'énorme machine à disposition des voyageurs était totalement à l'usage des japonais, et Adwja elle même a dû demander de l'aide pour adapter le bon coût de notre trajet au chauffeur de taxi qui guettait le client...
Deux billets et non un seul pour ce trajet unique -car avec supplément- pour cause d'express! Faut le savoir! 
Là dessus, une petite dame chapeautée avec un sac à main accourt vers nous alors que nous allions nous rendre sur la voie, me réclame les billets, et en relève les numéros me les rends, puis, après de nombreux "Arrigato hozaïmatu! " ponctués de petites salutations penchées, elle fourre sa main dans son sac, me tend quatre bonbons ! 
Ne me demandez surtout pas quelle est la signification de cet épisode... Toutes les suppositions sont possibles. Nadwja lui a dicté les numéros elle même surprise, mais n'a pas su m'expliquer avec son anglais menu ce qui se passait au juste... Quant à Gic, il avait déjà rejoint la voie, laissant aux femmes... la gestion des affaires ordinaires.

 A Takamatsu, après quelques tergiversations sur le mode de transport efficace compte tenu de l'heure et du besoin impérieux de manger quelque chose de Gic (une fois par jour au moins il nous faut bien "une bonne divergence", avec Gic pour entretenir " une distance relationnelle raisonnable" ) nous nous rendrons lestés de nos sacs à dos  dêposés à l'hôtel, au Parc Ritsurin 栗林公園  l'un des trois plus beaux jardins traditionnels du Japon achevé en un peu plus d'un siécle et dessiné il y a environ 350 ans sur le site de la villa du clan Matsudaira 松平 un fleuron semble -t -il ;  effectivement de très beaux arbres, des lacs artificiels et points de vues agréables, dont un (au point J / n°20 du parcours) vraiment superbe. Mais je ne peux m'empêcher de penser au Parc minuscule visité à Shanghaï fin 2011, (je ne me souviens plus de son nom, mais j'ai dû le noter dans la rubrique Chinoiseries) et qui offrait des points de vues et des perspectives étonantes d'isolement dans un aménagement plus qu'économe en espace! 
On finit par être blasé? 
Non, juste on dispose en voyageant de points de comparaison qui rendent parfois exigente...

Pour demain nous avons trouvé comment rejoindre Osaka au moins cher et au plus rapide : par le bus, puisque nous n'avons plus de Pass pour le rail désormais ; l'heure du départ est fixée à 7h30 depuis l'hôtel, pour arriver à midi à Nankaï Osaka, où nous avons retenu - toujours ce matin - une très petite chambre, très chère... 

Avant d'aller me coucher, j'ai une pensée pour Takashi qui m'avait recommandé de ne pas louper entre Okayama et Osaka, Himeji 姫路 , le Château du Himeji 姫路城 un trésor de l'archipel. 
"Avec ses chemins et passages labyrinthiques qui rendaient l'enceinte imprenable, et sa couleur d'albâtre passé (les murs plâtres et les bâtiments seraient d'origine)."

Toutefois, il ne semble pas ré ouvert au public - j'ai cru comprendre sur le forum du Routard avant de partir - que de lourds travaux en cours ne sont guère achevés et que la date d'ouverture aurait été de nouveau reportée.

Demain à Osaka, nous irions à l'aquarium - le plus grand au monde - avec des bêtes incroyables, selon les guides touristiques. Toutefois, j'hésite et sans doutes laisserai-je Gic y aller seul... Prendre un peu congé de l'équipée, aller à mon rythme sans but particulier est ce à quoi j'aspire à ce stade du voyage. Nous ne faisons que "passer"... car c'est notre point de départ pour le Mont Koya, et mon point de rencontre avec un ami artiste strasbourgeois perdu de vue depuis plus de 25 ans, retrouvé via Face Book, et habitant ici depuis!

Les 18 & 19 nous serons comme prévu au Mont Koyasan, dans au "Shukubo temple" (Eko-In) où nous méditerons deux jours & deux nuits, en appréciant les prières matinales (à 6h30) et les menus végétariens (à 18h, heure de couvre feu requis par nos hôtes...), puis quitterons pour Nara, le 20, une nuit dans une auberge de jeunesse un peu excentrée du Parc des daims ; enfin Kyoto du 21 au 25 inclus où nous ferons enfin, chambre à part, comme déjà un bon vieux couple usé prématurément par... le voyage !

Car à l'heure où je complète cet article dêbuté quelques heures plus tôt, Il est en effet un peu plus d'une heure du matin... 
et si je rédige ces lignes à cette heure si tardive, alors que je me suis littéralement évanouie de fatigue vers 22h laissant à Gic le soin de sortir - aussi discrètement que possible de la douche étroite de notre "Twins économique", d'éteindre les feux (une fois n'est pas coutume!) - c'est qu'il ronronne comme la bûche,... avec la scie ! 

J'ai tenté le cri de la chouette, fait le hibou avec un oeil fermé, l'autre guettant une réaction positive de sa part... que néni! Et mon oeil n'a fait qu'un tour dans son orbite en se posant sur la table de chevet, constatant que le fauve avait-encore-omis en s'endormant de chausser ses mandibules, celles qui l'aident à "réduire" ronronnements, certes, mais bien plus encore, sommeil en apnée ! 
Alors, j'use de la lumière... fais un peu de bruit. Vais-je bientöt me résoudre à chanter la Traviata.... ? ... et miracle! Le voilà qui se redresse, s'asseoit à demi dans son lit, prend son boitier magique bleu en sort l'appareil dont j'attends mon retour au calme, l'enfourne, et ? ... se rendort en reprenant un demi ton dessous l'air précèdent, le rythme en plus..., qui finira par s'allèger puis rebondir, me laissant tout à fait... éveillée !!!

Sacrée nipponerie!
Commenter cet article

Rose-Marie 17/04/2013 21:56


A les coturnes qui ronflent ! Super programme et qui plus est sportif avec le rafting. Profites-en bien Aline. Bises Rose-Marie

regine knafo 17/04/2013 13:12


J ai lu et jai apprecie  J espere que tu vas bien et je sens que tu es tres contente de ton periple  A bientot et bonne fin fe voyage AS-tu l adresse de votre ami japonais a Daniella et
a toi ? Penses-tu le rencontrer Avec Internet c'est peut etre possible de retrouver  ses coordonnees  Bisouxxxxxxxxxxxxxxxxx Regine que tu connais 

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.