Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

10 Mar

Dernier jour en Asie : la terre gronde, le ciel aussi !

Publié par @line  - Catégories :  #THAÏLANDAISERIES

La fin des trois mois en Asie trouve sa conclusion à Bangkok le 10 mars 2011 jour de l'envol retour, avec un temps lourd et orageux! Nous n'apprendrons que le lendemain après midi, en plein jet lag l'affreuse nouvelle qui frappe le monde, les japonais en premier lieu... la nouvelle de cette catastrophe nucléaire suivie d'un Tsunami!


Le ciel lors de ce quatrième et dernier passage est toujours aussi pollué et la seule chose qui change ce sont les 38 degrés  qui contraignent les gens à se réfugier dans les lieux climatisés! Du coup, les rues du quartier routard semblent un peu désertées le jour, retrouvent avec une très légère bise à la tombée de la nuit, un peu de leur animation.

Afin d'éviter les embouteillages légendaires, emprunter une navette bateau par les Klongs pourrait s'avérer judicieux pour se rendre au quartier moderne emplies de "malls"... Dommage que les voyageurs hissent la bâche en plastique pour se préserver des éclaboussures d'eau : privés de la vue et donc de photos!!!
Nous avançons rapidement sur l'eau ; le garçon encaisse les passagers en équilibriste et à l'aveugle. Il saute tel un cabri à l'approche des embarcaderes au risque d'avaler le sifflet qui lui sert de moyen de dialogue avec le conducteur!

La concentration urbaine bouche l'horizon. Des bretelles de sorties d'autoroutes déversent un flot permanent de véhicules. La pollution est aussi formidablement sonore! Sur les trottoirs à coups de sifflets les agents de circulation font avancer les piétons qui s'attardent les yeux au ciel, l'appareil photo en main... Il s'agit de pas ralentir le passage des voitures susceptibles d'accéder aux parkings aux abords des tours ou les taxis de grimper aux rampes d'entrées/sorties de "Malls" pour cueillir les clients encombrés de paquets!

Nous choisissons de ne pas traîner. La tour multimedia et informatique devrait me permettre de trouver un appareil photo qui remplace l'Olympus qui m'a lâchée à Janshui. Une fois à l'intérieur, une paire d'heures auront raison de nous. Nous ressortons pour faire le chemin inverse... Aucun désir d'en faire plus même par curiosité tant c'est fatiguant. Je suis contente, j'ai fait l'acquisition d'un Canon avec environ 22% de rabais au regard du prix sur le Net! Il me faut me réadapter aux manipulations et au cadrage avec un VRAI appareil, plutôt qu'avec mon Blackberry... auquel au bout de presque un mois, j'avais fini par m'habituer!!!


Les photos de cet article sont donc le fruit de mes premières prises malhabiles...

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.