Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

04 Feb

Escapade en moto dans le Delta du Mékong

Publié par @line  - Catégories :  #VIETNAMER!ES

 

Arrivés à Cantau. Le soleil écrasant des jours précédents laisse place à la pluie. Toute la nuit nous l'avons entendue marteler le toit de l'hôtel. Une pluie fine et pénétrante. Nos plastiques amples de protection achetés lors d'une fête de l'Huma lointaine, trouvent là une occasion de sortie.

 

A moto nous visitons Cantau : une jolie pagode, le marché qui s'étire tout en longueur en bordure du Mékong trace la principale rue de la vieille ville élue centre d'hébergement favori des routards.

 

Nous nous installons au premier étage d'un café branché avec vue sur l'activité du port et de la rue ; la déco est joliment design et la musique est bonne.

Nous prenons un jus frais de coco comme il est d'usage en asie dans sa coque avec une paille en regardant la pluie tomber, les ouvriers et les camelots s'activent et poursuivent leur labeur comme si de rien n'était.

Nous récupérons notre moto qu'un jeune groom du café nous rend avec moult amabilité refusant tout pourboire, heureux de balbutier quelques mots de français.

 

Nous retrouvons notre chemin sans peine ; installés à 4 km du centre, au 4ème étage -sans ascenseur- d'un hôtel tout confort, aux vastes chambres lumineuses de 24 mètres carrés, équipées de meubles rutilants neufs, nous sommes ravis d'échapper au bruit des rues du centre ville pour ... 160 000 dongs la nuit, soit 6,20€; voilà qui ne nous ruinera pas!

 

Mais nous ne restons pas... nous décidons de rejoindre Chau Dhoc, ville à partir de laquelle nous conclurons le séjour Sud Vietnamien avant passer la frontière Cambodgienne en remontant le Mékong, toujours en bateau, jusqu'à Phnom Penh, la capitale.

 

Comme nous ne sommes pas pressés nous décidons d'emprunter des chemins buissonniers : nous descendrons jusqu'à Rach Gia, en direction de la mer, et remontons vers l'extrême pointe du delta, par la côte jusqu'à la limite extrême du Vietnam, à Hâ Tien.

 

Ha Tien est une ville de bout du monde.

Un vrai paysage décor de cinéma. Une sorte de ville fantôme d'où émergent des cimenteries gigantesques qui crachent une fumée grise épaisse dans un ciel de plomb. Curieux de voir que cela n'empêche pas la construction face à elles, de gigantesques centres balnéaires!

Certains sont déjà livrés et demeurent des no man's lands.

 

Les vacanciers préfèrent prendre le bateau et échouer juste en face, à une heure de distance sur l'île de Phu d'Hoc. Le vrai paradis nous dit-on : services, propreté, sea sex and sun...

 

Il est vrai que la plage et les abords sont particulièrement sales. A 17h, les gens cessent de travailler... Après tout ils sont debout depuis le lever du soleil, même si à partir de 11h, le repas et la sieste jusqu'à 15h réduisent considérablement la journée.

 

Ce petit hôtel tenu par un couple bouddhiste n'a pas fini de nous surprendre : à côté des brosses à dent, du minuscule tube de dentifrice à usage unique (tous les hôtels du Sud Viêtnam où nous sommes descendus en mettaient à disposition), de la savonnette et du shampoing, du peigne, sont disposés quatre préservatifs... le lit est au centre de la chambre et un miroir placé à partir de 70 cm du sol s'étire en bandeau de 80 cm... de haut et sur 1, 40m soit la longueur du lit.

Pure art tantrique?

 

Un moment j'ai cru qu'il s'agissait là d'un hôtel de passe... mais non, c'est juste que la poubelle n'est pas vidée systématiquement (puisque pas pleine) et que nos critères d'hygiène ne sont pas forcement compris.

Pas étonnant que les touristes préfèrent l'île d'en face.

 

Nous remontons le long du canal frontière d'avec le Cambodge jusqu'à Chau dhoc en faisant quelques détours dont une boucle par Moi Choc. Ce petit périple de 4 jours à travers les villages, la campagne, les bords de Mékong nous fait découvrir les paysages et la vie des gens ordinaires, tout plein de petits métiers dont beaucoup se pratiquent en bordure de route.

 

Des métiers qui gravitent autour de la vannerie, la confection, l'agriculture, la pêche...

Qui penserait en achetant du poisson ou des crevettes séchés proposés sur les marchés ou dans les échoppes, (voire expédiés de part le monde), que tout cela provient le plus souvent d'un séchage à même le goudron, en bordure de rue... à hauteur des pots d'échappements?

Qui pense à ces malheureux qui font un rude travail au soleil pour quelques dongs par jour?

 

En moto, il n'est pas rare de tomber en panne... crevaison, ou autre.

Ce qui est formidable ici c'est que tout le monde bricole un peu et est susceptible de vous dépanner ou à défaut de vous aider à rejoindre le plus proche réparateur qui n'est jamais à plus d'un kilomètre ou deux... Mais attention, au moment de la sieste, mieux vaut renoncer et faire comme tout le monde :

se trouver un bon hamac!

 

Partout au bord des routes on trouve ces aires de repos campées de hamacs. Chaque café dispose de son coin « Hamok », même dans les endroits les plus paumés... c'est une hygiène de vie à laquelle nous n'avons eu aucun mal à nous adapter!

 

Commenter cet article

amandine 08/02/2010 09:43


Ha ça je veux bien vous croire pour la sieste vous avez pas du vous adaptapter bien longtemps. Profitez bien et bonne route
Biz de France


@line 13/02/2010 06:13


Il faudrait aménager partout des hamacs.... ériger le repos l'après midi en loi! :))))


Sieglind la dragonne 05/02/2010 07:50


ça c'est une chose que j'aimerai que dragon passe, après le brevet de pilotage d'avions de tourisme, la moto... Imagines nos virées... arrivée en avion, on loue une bécane et zou ! A l'aventure !
L'avantage, comme tu le signales, c'est qu'on échappe à la foule des vacanciers habituels... c'est souvent saoulant.
Bonne journée pour mon retour chez toi (à rebours question lecture, normal chez moi hé, hé)


@line 13/02/2010 06:19


Bonne année du Tigre Dragonne... Merci pour ton retour parmi nous! bizzzzz @


Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.