Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

14 Dec

La chaîne Chaïdee massage à Bangkok

Publié par @line  - Catégories :  #THAÏLANDAISERIES

 

Première chose à expérimenter à Bangkok : les massages Thaïlandais.

 

Chaque jour je suis allée à "Chaîdee massages" (sur Rambutri) où une vingtaine d'hommes et de femmes officient... Une heure (moitié pour les pieds l'autre pour le corps) de zenitude totale!

On est accueilli dans un rituel précédé immuable: invité à s'asseoir, il nous est servi un thé léger froid rafraîchissant. Votre future masseuse, apporte une bassine d'eau avec des rondelles de citrons, vous rince les pieds et les essuie. Elle vous invite à la rejoindre sur des matelas à même le sols pour la séance que vous avez choisi (durée, nature, prix : la mienne vaut 160 baths soit 2,20€).

Lâcher prise!

 

A chaque séance j'expérimente une nouvelle personne...

A l'issue, hyper détendu et pas mal fatigué, de nouveau, on vous offre le thé cette fois ci, accompagne de deux morceaux d'ananas frais. On récupère des casiers à l'entrée où l'on s'est déchaussé ses effets personnels laissés sous clefs, après avoir rendu l'ample pantalon éventuellement emprunté afin d'être plus à l'aise...

Et voilà!

Commenter cet article

@ 31/12/2010 06:58



Merci Pauline!


Sommes en Birmanie... Pas d internet facil et donc impossible de mettre mes articles en ligne.


Bonne fin 2010! A 2011 aux alentours du 15 janvier sur ce Blog!!!



@line 21/01/2011 10:07



Merci Pauline ....@



Paulino 27/12/2010 13:24



...Ca fait réver !...ca nous ferait pas de mal à nous les fous du stress :)


Ca a l'air de bien commencer ces "vacances"...Attention toutefois à pas décider de faire ta nouvelle vie sur place ! ...ca serait trop dommage pour ceux qui reste, mais bon, pour la beauté du
geste, je me sacrifierai pour venir vous visiter de temps en temps ...


En attendant tout ca, je vous souhaite à tous 2 un excellent noel, meme si je ne suis pas sur que vous subissiez cette ambiance vieux barbus, ripailles et  consommation intense de la ou vous
etes :)


 


Je vous embrasse fort. ENJOY !


 



@line 07/02/2011 07:23



Notre ripaille a nous c est de manger de temps en temps autre chose que des nouilles sous toutes les formes... voire un bon sandwich, simple,
genre mayonnaise thon sans risquer d'etre malade, vois-tu?


Bises


@



Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.