Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

08 Jan

Les îles sur la Salouen

Publié par @line  - Catégories :  #BIRMANERIES (Myanmaries)

Les îles sur la Salouen (fleuve du sud est du Myanmar) : celle des géants (Bilu Gyun), du Lavage des cheveux (Kyun Gaungse)...
Moulmein Ile de Bilu Gyun Femme fumant
Il avait plu toute la nuit. J'entendais dans mon sommeil la musique métallique battre la tôle.

De gros cumulus gris au petits déjeuner firent petit à petit place quelques jolies percées de bleue... Une ultime autre averse bien drue vida la rue en quelques secondes  si bien que disparurent soudain les pousse-pousses et autres cyclomoteurs... Quant aux quelques piétons, vestes sur la tête, ils couraient s'abriter...

Du balcon j'observais le ciel. Les hirondelles commençaient à affluer rasant les feuillages des arbres, satisfaites de trouver à se nourrir.

Je redescendis dans la chambre aveugle ; nous n'avions rendez vous qu'à 9h avec monsieur Antoine, notre guide de la Breeze Guesthouse.

Son verdict fut que la journée serait belle. Nous choisimes de le croire... et elle le fut, indubitablement !

De belles éclaircies nous permirent de faire quelques photos de l'animation aux abords de l'embarcadère toute proche du marché.

Avec humour notre guide nous invita à grimper l'échelle du bateau et assigna deux chaises en plastique en nous disant : "upper class"!
En effet, il s'acquitta pour nous de 500 khiaps par siège... Bien que nous ayions déjà réglé 1 dollars le voyage (les locaux paient moitié prix mais en khiaps).

Depuis ce ponton de 1ère classe fréquenté par une poignée de moines et deux ou trois birmans,  nous allions pouvoir observer les locaux assis à même le sol à l'abri du soleil en conversation entourés de leurs achats faits en ville.

Moulmein arrivee sur l'ile de Bilu Gyun

Shampoo iland : debarquement de marchandises au ferry


Le ferry mis cap en direction de l'île des géants habitée exclusivement de Môn et une heure trente plus tard, nous débarquions tous nous frayant un passage entre les chauffeurs de taxis et de motos venus à la recherche de clients... et les lourdes marchandises que déchargèrent prestement hommes et femmes en faisant plusieurs allers-retours entre camions - bus et caléches.

 

La nôtre nous attendait et nous partimes à travers champs et rizières sous un soleil de plomb,  ébahis par la nature luxuriante vers le premier village où nous découvrimes une multitudes de micro-fabriques abritées dans de jolies maisons de bois à pilotis :

des fabricants d'ardoises pour les écoliers, de mines de crayons, de paillassons en fibres de coco, et d'objets tout en bois tels que des stylos, des pipes, des boites décoratives, des cannes démontables,...

Les géants sont en fait des artisans ingénieux en plus d'être des cultivateurs!

Une famille d'origine chinoise s'était spécialisée dans la  production élastiques!
Neufs femmes dirigées -par un homme- produisaient 50 kg par jour d'élastiques ; vendus 45 000 khiaps le kg!

Sur l'île outre la culture d'hévéas, de riz, d'haricots et de tournesols, on pratique l'élevage de poulets et de vaches. Se dégage la sensation d'une certaine auto suffisance...
Sur la route, nous passons à coté de nombreuses écoles en traversant encore deux villages.

Nous déjeunons dans une petite gargotte qui selon notre guide sert la meilleure restauration sur l'île... et effectivement notre classique commande de "Chicken-Noodles" est carrément succulente !

Le palefrenier nous dépose au camion bus qui nous ramènera en une heure de l'autre cote de l'île où nous reprenons cette fois un bateau privé pour rejoindre Moulmein.

Sur le bateau, la coutume me previent monsieur Antoine veut que seuls les hommes accèdent au ponton supérieur... En clair, les femmes y sont interdites!

Sur l'autre île minuscule (celle du Lavage des cheveux) à cinq minutes de Moulmein, j'ai lu sur une pancarte en anglais dans un des trois monastères l'interdiction d'entrée faite aux femmes...

Une coutume répandue à priori!!!


Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.