Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

19 Jan

Oubliée des guides ?

Publié par @line  - Catégories :  #BIRMANERIES (Myanmaries)

Yangon perspective Birmane

 

House of memories -  Le restaurant oublié de Yangoon

Vous l'ai-je dit? Je n'ai pas trouvé que Yangoon soit une belle ville... Pourtant trois séjours non (consécutifs) de 3 à 4 nuits m'ont rendu familière cette ville. Le centre ville est un patchwork de vétusté et d'immeubles neufs entre lesquels votre regard s'arrête sur les vestiges de bâtiments coloniaux.
 Yangon Yangon Vive les Generaux                                                          
Le marché du quartier indien est très indien et à la tombée de la nuit on pourrait se croire à Delhi.

Les abords des lacs, lieux que nous avons découverts juste avant notre retour assez excentrés du centre abritent les quartiers résidentiels : ambassades, ONG, dont Action Contre la Faim (ACF).

C'est là que se trouve la pagode de Shweradon, là où habite Aung An Su Qi et là que s'est déroulée
notre dernière soirée à Rangoon.

Grâce à Aurelie, Ludo et leur fils Youri (en Birmanie depuis deux ans) nous avons dîné dans un superbe restaurant cadre de l'ancienne maison paternelle de la Lady.

Cette maison centenaire en bois abrite toujours quelques pièces restées intactes dont le bureau de son général de père avec la machine à écrire, les photos, les tableaux et les meubles confisqués.

Située à quelques dizaines de mètres de l'ambassade américaine et guère très éloignée de la demeure actuelle d'Aung l'endroit ne figure pas dans les guides.

Et bien que la carte raffinée vaille le détour, que le service soit des plus prévenant, House of Memories semble peu fréquenté aux dires du couple qui nous l'a faite découvrir. Pour preuve, nous n'étions que deux tablées ce soir là, semblable à chacune de leurs visites.

Le lieu est interdit à toutes prises de vues.

Nous avions fait la connaissance de ce gentil couple trentenaire (tous deux habitants le jura) lors du périple au sud, à la guesthouse de Moulmein.
Aurelie est bénévole à ACF, tandis que son mari Laurent vient de conclure le contrat qui le liait à la Croix Rouge.
L'ONG ACF s'implique beaucoup au nord ouest du pays à la frontière où survivent quelques 70 000 âmes d'une ethnie de confession musulmane rejetée du Myanmar et du Bangladesh dont les nombreux enfants souffrent de malnutrition.

 

Yangon ACF dans le quartier chic

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.