Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

30 Apr

Palais Impérial - Kyoto - Japon

Publié par @line  - Catégories :  #NIPPONERIES

Ce goutte à goutte incessant me donne le sentiment que je vais finir par être mouillée! Pourtant, j'ai enfilé mon Kway, je n'ai pas emprunté à l'hôtel comme il se doit de parapluie, avec l'appareil photo, cela n'aurait pas été bien pratique... J'ai traversé juste la rue de l'hôtel, et me voilà dans le long de l'enceinte du Palais Impérial de Kyoto. Le parc est empli d'arbres géants, qui, très vite me font oublier la rue, la circulation, et me voilà petite - si si, enore plus que ce que vous pensez- aux pieds de ces troncs larges, de ces centenaires aux feuillages verts variés qui font éclater les rouges les délicates ambres, les jaunes vifs des autres arbres placés tout contre....

Merdddddrrrrr! Il faut montrer patte planche pour visiter! Il aurait fallu que je demande à l'hôtel un permis en présentant mon passeport 24h avant! Dire que j'ai dormi cinq nuits face au Palais et que je n'y ait pas songé! Bon, je me contente de parcourir ces immenses allées où de temps à autre un vélocipêde s'aventure, une voiture au ralenti, un taxi qui va sans doute déposer de plus heureux -et mieux informés- touristes pour la visite. Au bout d'une heure de ballade, je sens la mousse qui me monte le long des jambes et les racines pousser sous les pieds... Il pleut toujours et je commence à renifler. Aller, on arrête le goutte à goutte, je vais aller en haut de l'avenue sur le même trottoir que mon hôtel -The Palace Side Hôtel- faire une visite de courtoisie au Toraya, le célèbre salon de thé japonais.
Sur le chemin, intriguée par une affiche j'hésite : cinéma ou théâtre?
Il se met à pleuvoir de plus belle! Je grimpe le petite côte et me voici au sec dans le bátiment.
Quoi? Un Théâtre? Spécialisé dans les représenations Noh? Non... Et la séances vient de ommencer? Et c'est Portes ouvertes aujourd'hui et donc gratuit? Et il y en a pour deux heures trente... Aller nique à la pluie! Je regarde le distributeur de sacs plastiques pour parapluie disposé à l'entrée pour l'usage de circonstance... (encore une trouvaille japonaise à inscrire au chapître des détails qui tuent ici!) et je coure, la séance vient de commencer. La salle est quasi vide! Je fais baisser la moyenne d'áge en entrant, c'est évident!
Deux gars filment la scène où évolue une femme d'un certains âge, âge certain... Oui pas moins de 70 ans sans doute plus.  Derrière elle assis en tailleur les musiciens de côté les chanteurs. Sobriété absolue de mise en scène comme la rigueur l'exige. Cela doit bien faire trente ans que je n'ai pas vu de danse Noh. La musique et les voix graves résonnent au creux de mon ventre.
Je me suis assise juste devant la scène de côté, là où personne n'a choisi de s'asseoir. Je n'ai pas compris pourquoi, j'ai l'impression d'être au meilleur endroit qui soit de cette salle à l'espace triangulaire curieux.
Impossible d'avoir de la netteté. Mon appareil photo a décidé de jouer les flous. On m'a avertie "No Flash". Noh, normal. Bon mais comme l'éclairage est limite, mes photos le seront aussi! Ziiiooout alors! Je vais mitrailler, faire cèder ce récalcitrant pour qu'il daigne faire du Net!

Le Toraya ferme à 17h30. Je laisse les Noh-artistes non sans m'être fait quelques remarques profondes du type: "voilà une société qui sait s'occuper de ses vieux!" Les maîtres sont là, assis en tailleur -siou plaît- ( à, à peu près 90 ans ? Pas mal, j'en fais pas autand sans éprouver furieusement mal aux genoux! ) sur scène, derrière leurs élèves, ils les corrigent, les guident... et  chantent avec les choeurs.
"Ils vivent vieux parce qu'ils s'occupent artistiquement, et en toute fraternité... "... Oui, très certainement car encore une fois personne dans la salle a moins de 60 ans! 

Belle activité de retraités!
Commenter cet article

odette benezrab 12/05/2013 17:14


c'est enc ore un bel article . Bravo . Odette

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.