Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

20 Feb

Retour sur le nouvel Vietnamien à Pleiku & Saïgon

Publié par @line  - Catégories :  #VIETNAMER!ES

A Saigon nous avons passé le nouvel an.

Mais de fait, nous l'avions déjà fêté avec 1 jour d'avance à Pleiku, (le nom de cette ville se prononce Play COU ; il n'aura échappé à personne que Play Cul amuse beaucoup les gens, y compris ceux d'ici!)

Aucun touriste ou presque ne vient à Pleiku, ce qui a fait notre bonheur!
Nous avons croisé 3 touristes pour tout dire! Un à la banque au moment de faire du change; Un autre entrevu à l'hôtel le soir au diner!
Et du coup, nous avons été plus que bien reçus et surtout, bien guidés par Huyen N'Guyen qui pratique un excellent français sans avoir jamais mis les pieds en France! Elle travaille pour le centre d'information de la ville de Pleiku.

Nous l'avions contacté depuis le Cambodge (depuis Banlung où nous séjournions au Lodge Les Terres Rouges) après avoir nous décidé de visiter les zones tribales côté Vietnamien puisqu'au Cambodge l'organisation nous a paru sur place fantaisiste et chère, davantage entrée sur la randonnée que sur la rencontre des gens.
Grand bien nous a pris, car côté Vietnamien, ce fut hyper sympa et bien organisé!

La guide nous a appris beaucoup, dont voici déjà un peu, à propos de la fête du Têt, puisqu'un autre article sera consacré aux villages tribaux...

Dans la culture vietnamienne le Têt revêt une grande importance.
Chaque famille prépare cette fête traditionnelle de longues semaines à l'avance. A l'échelle du pays cette fête donne lieu à des mises en place de grandes manifestations populaires : concerts, parades, feux d'artifices... Et des marchés spéciaux dont ceux des fleurs et arbres qui sont achetés et offerts à cette occasion : les orangers nains pour la prospérité - chaque maison se doit d'en avoir un dans son entrée- les Chrysanthemes jaunes dans le sud, orangés dans le nord ou rouge... 

Chaque foyer effectue un grand nettoyage de la maison. Nous en avons vu repeindre leurs façades, reconstruire ce qui est endomagé par le temps. La fête du têt, donne lieu aussi à un déplacement massif de vietnamiens qui se rendent dans les villes et villages de leurs origines afin de célébrer cet évènement en famille.
N'ayant pas pu trouver de vol pour nous rendre de Pleiku à Hanoï ( selon notre projet initial), à la suite de la visite des tribus Garaï et Banhars... nous nous sommes rabbattus sur le vol disponible et avons atterris à Saïgon! (Et nous avons profité à cette occasion pour nous délester d'un bagage, pour repartir plus léger, puisqu'on nous dit qu'au Laos, il y aurait beaucoup de vols dans les hôtels.)
 
Et c'est dans ce village Garai que nous avons fêté le nouvel an, sous un ciel étoilé en bord de rivière. Avec notre guide vietnamienne, Huyen et Hungn notre chauffeur qui s'est improvisé bon cuisto :
il a acheté aux villageois une poule, l'a égorgé, plumée, a réservé son sang, et l'a mise à cuire dans un faitout emprunté aux voisins.

Au pied de l'arbre, nous avons assisté à ces préparatifs... recherche du petit bois, allumage du feu de camp. Dans le bouillon, riz et aromates cueillis au cours de la ballade de la journée dans les villages... Notre guide nous avait fait acheter de la viande de porc séchée, que nous avons accompagné du grand gâteau de riz gluant farci, le fameux pâté de la fête.
Des tamarins, et d'autres fruits (dont je ne connais pas les noms en français) ont clos ce repas des plus amusants... puisque installés sur des tabourets réalisés à partir d'énormes troncs d'arbres, en compagnie improvisée de notre hôte-propriétaire... de la maison à pilotis du village Garaï - mieux vaut être en hauteur car il y a encore des bêtes sauvages!)... entourés de porcs en liberté, de canards, de dindons, de poules et de chiens qui guettent le moment où ils pourront s'abattre sur les reliefs de notre festin!

Nous avons échangé sur les coutumes...

Notre riche proprio (commerçant-Vietnamien) nous avait invité dans l'après midi à assister chez lui aux préparatifs en cours de la fête, en compagnie de toute sa famille réunie pour cette grande occasion...

Ainsi que le veut la tradition ses enfants-étudiants sont revenus pour les 2 à 3 derniers jours afin d'aider à préparer la maison qui accueille le Têt familial.

Nous avons vu les anciens enseigner aux plus jeunes gens la réalisation des pâtés qui ont été enfournés pour 6 à 12 heures de cuisson et dégustés à minuit au soir du nouvel an, ou offerts...
Ambiance joyeuse et sympathique et occasion de très belles photos et portraits!

Pour de nombreuses personnes, la fête du têt constitue la seule période de vacances dans l'année.
Ceux qui ont quitté leur village de naissance pour travailler au loin reviennent au bercail..

Les vietnamiens dépensent beaucoup d'argent, pour préparer le Têt et doivent de ce fait, anticiper longtemps à l'avance la mise en place d'un budget spécifique. Car afin de bien célébrer l'évènement, il faut être en capacité de pouvoir offrir une place à table pour toutes chacune des personnes qui viendraient à saluer la famille.
Or, il est de coutume qu'un service rendu même de nombreuses années aparavant continue d'être remercié au moment du Têt par une visite de courtoisie.

La personne qui franchit le seuil la première sera celle qui aura le plus de chance dans l'année à venir. Il peut s'agir du jeune qui a un projet de mariage, d'une personne enceinte... il s'agit tout faire pour attirer la chance dans la maison. Et si cette tradition venait à être violée par un quelconque incident, la famille vietnamienne serait persuadée de devoir subir une année entière de malheurs!

Pour ceux qui ne savent rien du Têt, voici quelques explications de base émaillées de nos échanges avec les locaux :


Chaque année entre Janvier et février, arrive le Têt, la fête qui symbolise la première saison initiant l'année nouvelle.

Le premier jour est fixé selon le calendrier lunaire soit 355 jours, 12 mois égaux de 30 jours ; les 10 jours manquant sont réservés, cumulés durant 3 ans et permettent alors l'ajustement avec la révolution terrestre.

Chaque année est symbolisée par un animal
.

Le Coq

1981

1993

2005

Le Chien

1982

1994

2006

Le cochon

1983

1995

2007

Le rat

1984

1996

2008

Le buffle

1985

1997

2009

Le tigre

1986

1998

2010

Le chat

1987

1999

2011

Le dragon

1988

2000

2012

Le serpent

1989

2001

2013

Le Cheval

1990

2002

2014

La chèvre

1991

2003

2015

Le singe

1992

2004

2016


La fête du Têt démarre réellement le soir avec toute la famille réunie dans la pagode où sont déposés les cendres des ancêtres.

Le moment de cérémonie dure jusque minuit, temps durant lequel les ancêtres reviennent parmi les vivants pour une 3 jours, selon la coutume.
Le lendemain au réveil, après la toilette, on revêt des vêtements neufs afin de se montrer irréprochable et ne pas heurter les esprits des anciens. Cette journée les pagodes sont assaillies et on a peine a trouver un taxi, un Tuc tuc,..

Au point que nous voulions aller dans un restaurant français ce soir là, situé un peu excentré du centre, et au moment de réserver, le patron nous a mis en garde : 3/4 d'heure pour arriver en taxi, chez lui et vraisemblablement une certaine difficulté pour revenir dans la nuit! Du coup, nous lui avons remis à fin mars notre repas chez lui... et à pied nous sommes allés au centre ville profiter de la douceur de la nuit!

Mais revenons aux explications de la fête :

Toute la journée est placée sous le signe des symboles qui permettront à l'année nouvelle d'être placée sous les meilleures augures. Chaque petit événement qui se produit sera interprété et examiné afin d'en interpréter les meilleures perspectives ; dans les cas où cela s'avèrerait impossible, cela peut devenir source d'angoisse difficile à dissiper.

Les deux jours suivants sont réservés aux visites : celles que l'on dispense, celles que l'on reçoit de ses proches. Les plus jeunes présentent les voeux aux plus anciens. dans le respect des traditions. Les petites enveloppes rouges trouve leur usage à cette occasion : on y glisse de petits billets (rouges de préférence) symbole de chance de prospérité...

Le 3ème une petite cérémonie sert à dire «au revoir» aux esprits des ancêtres qui reviendront l'année suivante. Notre guide nous a expliqué la métamorphose du pays durant cette période : le sud cesse tout travail ; 4 à 5 jours minimum voire jusqu'à un mois dans le delta du Mékong.

Le nord, stoppe le travail 6 jours maximum.

La vie est réputée plus dure à gagner et donc, on aurait peu de temps pour les vacances. On observe de loin ces fainéants du sud qui ont la vie facile car «tout pousse sans rien faire tant la terre est fertile...

«Ils n'ont qu'à lever les bras pour cueillir les fruits sans trop se donner de peine! Le comble, c'est que ce qu'ils récoltent est savoureux qu'il s'agisse de légumes ou de fruits» nous dit -Mary, notre logeuse de Saïgon!

Et les gens du centre alors?

« Ils travaillent plus dur que ceux du sud, moins que ceux du nord, mais comme ces derniers, épargnent plus que ceux du sud tout de même, qui vivent au jour le jour », nous dit notre guide Huyen de Pleiku!

Il semble que les uns détestent les autres, et vice versa.

Un mariage mixte au sud serait d'épouser quelqu'un du Nord et inversement!

Allez bonne année encore et vive les tigresses!




Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.