Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

30 Apr

Tokyo National Museum - Ueno Park

Publié par @line  - Catégories :  #NIPPONERIES

Ce musée à Tokyo est réputé pour ses trésors : de  bronzes, de faïences et de porcelaines, de sculptures, une énorme collection de sabres et d'épées... une petite exposition sur le folklore et les cultures de l'archipel, présentant le peuple du Nord, les Ainu, et celui du sud, les Ryukyu influencés par les tribus de Chine, de Korée, du sud est asiatique...
L'exposition temporaire "Shinto shrine" est sublime... C'est la journée musée, alors, boudons pas le plaisir, je parcours tout ce que le musée offre au regard... Et,

Je m'attarde sur la belle collection de peintres japonais qui me permet de découvrir d'autres talents que ceux d''Utagawa Hiroshige" (1797- 1858) dont j'ai beaucoup apprécié "Le voyage" à l'époque Edo. Pour la petite histoire, au moment où j'ai vu l'exposition qui le consacraît à Paris, à la Pinacothèque l'hiver dernier, je ne me doutais même pas que je voyagerai au Japon quelques mois après... Les surprises de la vie!
Je me souviens aussi que juste en sortant de l'expo, il pleuvait des cordes ce dimanche matin là, et que je suis tombée sur Gic et sa femme qui sortaient de chez Fauchon, petit sandwich à la main, et s'apprêtaient à passer entre les gouttes pour faire aussi ce "Voyage" avec Hiroshige.

Compte tenu de la saison des "Cherry blossom in full bloom", je m'attarde sur les tableaux représentant ces fameux cerisiers dont les branches lourdes de promesses éveillent les sens, stimulent la créativité des artistes japonais à différentes époques.

Et je fais la connaissance des anciens, tel que Sukuzi Harunobu (1725?-1770), Torii Kiyonaga (1752-1815), Kitagawa Utamaro(1753?-1806), Utagawa Kunisada (1786-1864). Ce dernier, est contemporain de Hiroshige ; sans doute se sont-ils connus, voire rencontrés...?
Se connaissaient-ils avec Utagawa Kuniyoshi (1797-1861) puisqu'ils vécurent quasiment aux mêmes années ? Tous durent croiser Isukioka Yoshitoshi (1839-1892) au style flamboyant faisant usage de rouges... (deep so depp!) qui devait leur sembler bien extravagant avec cette agressivité de couleurs digne des siècles suivants...

La peinture et les scènes de la vie quotidienne de cette époque sont celles que j'ai coutume de voir, notamment sur les estampes : "femme qui fume sur palanquin accompagnée d'une servante", les acteurs -célébrités d'alors - en fards et en costumes, des paysages, des légendes illustrées...

Le graphisme délicat que ce soit de quelques traits ou au contraire dans le foisonnement de détails et qui exprime la beauté farouche d'un paysage de montagne, de la rivière qui court entre les roches, des feuilles qui bruissent au vent, me fascine.
Quel talent, quel rafinement pour exprimer la beauté de la nature!

Sacrés nippons, nippons sacrés!

Je sors, j'ai peu de temps pour découvrir l'étang et un petit bout du jardin privé du Musée ; il ferme si tôt! 16h30!
Des bancs jaunes placés là pour se recueillir devant le spectacle de la nature accueillent les touristes. De petits groupes de japonaises en costume traditionnel attirent mon attention. Je les observe alors qu'elles profitent de ce répis post- musée pour se repoudrer, se mettre aux poignets avec beaucoup d'élégance quelques gouttes d'une fragance printanière qui s'échappe ... J'hume, narines ouvertes telles des voiles au vent léger.
C'est l'heure, j'ai faim. Je me dirige vers le restaurant café du musée. Grand bien m'a pris. Mon déjeuner-dîner me ravie, la tempura de légumes est absolument fine et exquise.... Le reste aussi!
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.