Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

17 Feb

TUOL SLENG- Musée du génocide à Phnom Penh

Publié par @line  - Catégories :  #CAMBODGER!ES

Ce matin là, après un petit déjeuner des plus agréables dans le jardin habité de chats et d'oiseaux, il juste fallu juste traverser la rue depuis le Tree Boddies del Gusto pour aller jeter un oeil au musée du génocide (Former Office S.21 («Kampuchea Democratic» 1975-1979) de Phnom Penh. je n'y serai sans doute pas venue exprès, le lieu étant assez excentré et le sujet si dur... Mais j'ai choisi d'y passer un peu moins d'heure, un peu comme un devoir de mémoire pour honorer ces victimes de la barbarie humaine!

Voilà une quinzaine d'années, au moment de la commémoration de la libération d'Auchwitz j'avais passé la plus troublante journée de ma vie en la compagnie d'un rabbin ex-déporté, qui avait fait le déplacement corseté des pieds à la tête et que j'étais allée revoir chez lui par la suite pour l'interviewer... et je m'étais dit, que ce genre de lieux doivent exister, non pour des questions morbides, mais pour que l'on continue à enseigner l'histoire, comme la philosophie aux générations futures... même si à la sortie, on y vendra des glaces lorsqu'il fait trop chaud, car ainsi va la vie, il faut bien qu'elle reprenne le dessus sur l'épouvantable...

Cet ancien collège servit de lieu de détention sous Pol Pot (Sa lu Sor d'où... SS!) d'Avril 1975 jusqu'à fin 1978. Les 5 765 prisonniers la dernière année y séjournèrent entre 5 et 7 mois, et furent atrocement torturés après avoir été minutieusement photographié, tatoués. Les enfants morts en ce lieu estimés à près de vingt mille en 4 ans, n'eurent pas le privilège d'être fichés comme les adultes.
La politique d'éradication des intellectuels et des classes moyennes mise à l'oeuvre préconisait de tuer tous les membres de la famille y compris les nourrissons afin qu'il n'y ait aucun témoin, aucune vengeance possible... Se déclarer un lien filial avec un désigné «traître au régime» aurait fait de vous un coupable! C'est ainsi que certains qui gardiennaient le lieu choisirent ne pas reconnaître les leurs afin de ne pas les exposer (ou précipiter) leur mort, comme ce fut aussi le cas dans les camps de concentration lors de la 2ème guerre mondiale.

Les expositions photos sont pas mal décaties, et les vitrines abandonnées... et la visite d'une classe à l'autre, assez répétitive, écoeur ; j'ai préféré ne pas attendre la projection du film qui se tient 2 fois par jour à heure fixe. Cette période noire de l'histoire des Cambodgiens est toujours abordée par les guides à titre personnel, même si l'on ne les questionne pas; Ainsi à Siem Reap nous avions loués les services d'un guide français pour le 1er jour de visite d'Ankor et faire le petit circuit.
Le plus choquant reste toujours incompréhensible : c'est d'avoir en tête qu'une centaine de personnes adultes ne puissent rien tenter pour stopper, 3 jeunes adolescents d'une quinzaine d'années armés qui les forcent à marcher sur les routes et les bastonnent sans raison!
Des histoires comme celles-ci, chacun en raconte... Tout comme celles relatives à la nourriture de survie : araignées, cafards, chien, homme, feuilles, fleurs... de ces années là ; où celles relatives aux mines que l'on trouve encore ici ou là.
Commenter cet article

Poivre de Kampot 17/02/2010 19:06


Au Cambodge, le lycée S21 c'est vraiment le seul lieu qui nous rapelle cette tragédie.. très émouvant.



@line 18/02/2010 17:21


Oui, c'est bien pour cela qu'un article n'est pas inutile... :)))


Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.