Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

16 Apr

Cours de cuisine colombienne dès l'atterrissage

Publié par @line  - Catégories :  #Colombienneries

L'avion n'était pas plein. J'avais dormi 3 heures la veille du départ ; or durant ces onze heures de vols, les vingts minutes d'assoupissement n'avaient guère bonifié mon teint.

Pourtant, j'eu la chance de disposer d'un siege supplémentaire, de coussins, et d'un beau soleil caressant à travers le hublot. Rien n'y fit. Le Solupred bloquait ma sinusite émergente et me maintenait en éveil.

Sorti de l'aéroport le taxi file vers le quartier historique, la Candelaria. En route j'admire les graffitis qui font la réputation de Santa Fé de Bogotá. Déposée au Massala's Cultural Center, l'Auberge de Jeunesse où j'ai élu domicile pour les trois premières nuits, l'accueil hispanique chaleureux, m'incline à tenter de pratiquer l'espagnol... mais rien à faire, c'est laborieux! J bredouille,cherche mes mots, m'agace, malgré les encouragements à coups de "Tranquila"... Non, non ça vient pas! Grrrr...

Pour me mettre dans le bain culturel local, rendez vous m'est donné une paire d'heure après... on m'invite à participer au colombian cooking class... Histoire de pas perdre de temps, faire connaissance, entrer en lien... avec d'autres voyageurs. Qu'à cela ne tienne, je suis là pour cela aussi!

J'emprunte une série de couloirs ponctués de petits patios où les voyageurs conversent, farniente en hamac, ou tapotent sur leurs claviers électroniques... ( oui, beaucoup plus qu'avant!) Je descends les escaliers d'une cour verdoyante pour découvrir mes 23 m2 au vaste lit confortable, écran plat, flanqué àu dessus de l'unique petite commode d'ébène. Le luxe, des lampes de chevets...

Je rejoins en cuisine le groupe...où nous serons deux à faire tomber la moyenne d'âge... Enfin, lui, bien plus que moi... ( il est bien plus grand!!! Ahahaha). Cet anglais retraité de la police émigré à Seattle, va se poster en sentinelle pour tout le cours près de moi... Instinct grégaire?

Ces Patacones con hajao sont avidement partagés une fois réalisés... Arrive le moment de laver la vaisselle, et là, la jeunesse impérieuse s'évanouit tandis que les deux vieux cons restent... avec l'animateur! Invitée à boire une bière -vu mon état, je me contente d'un verre d'eau- au grand dépit de mon voyageur solitaire. Dans la langue de Shakespeare le voilà tendu, embarqué dans ses récits de voyages. Je hoche la tête poliment, sans faim. Je choisi très vite de poliment m'échapper rejoindre mon King Size... et mon amant préfèré du soir, Morphée !

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.