Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

20 Apr

Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique

Publié par @line  - Catégories :  #Colombienneries

Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique

(Suite de l'article : la Paix, savoir & réparer : l'enjeu Colombien).

L'entrée du mémorial a été réalisée par l'architecte Juan - Pablo Ortiz.
Ce monumental bloc gris terre de belle hauteur distribué par quatre ouvertures laisse passer la lumière par d'étroites meurtrières placées à différentes hauteur. Nous baignons à la foils dans l'ombre tout en bénéficiant d'une lumière du jour suffisante.

Fabriqué à parties de matière locale, de cette terre sombre granuleuse, on observe des lignes qui atteignent quasiment le sommet ainsi qu'une multitude de trous.
Chaque ligne matérialise une année passée à rechercher les traces des disparus tandis que les trous représentent un mort déterré sur ce terrain même... ou en immédiate proximité. Car à cet emplacement, sur ces terrains vagues, des milliers d'anonymes ont été exécutés, enterrés à la sauvette, la nuit. En témoignent cet alignement d'urnes funéraires emmurées dans le jardin attenant au bâtiment mémorial qui serpente ; y sont apposées des représentations du portage "à la sauvette tels des bêtes" des exécutés, des assassinés... Par la suite, on nous indiquera à proximité plusieurs terrains non encore défrichés.

Des quatres ouvertures placées aux quatre points cardinaux l'une forme une allée (une forme de croix?) qui dessert un fac similé de café reconstitué comme ceux de l'époque de 1960 où s'y retrouvaient, associaient les gens investis politiquement.. En ce lieu, sont à disposition de remarquables documentaires d'époque.
Une salle multimédia inter active jouxte le café. Y sont répertoriés 70 histoires de vie de personnes connues ou peu connues du public colombien. En choisissant un nom, on peut ainsi pratiquement tout apprendre de la personne disparue, assassinée, en son et images, en cartes géographiques retraçant ses lieux de vie de déplacements, ses engagements, sa contribution à l'histoire du pays... Littéraire, artistique, sociale ou historique.
En bout, les services et bureaux d'études, précédés d'une salle d'exposition où sont présentées différentes oeuvres artistiques, travaux manuels ; tous ont trait à cette guerre, aux multiples façons dont elle se manifeste depuis des années, aux victimes, à la dénonciation et à ce qu'elle engendre encore sur les différentes populations. Est représenté l'atteinte aux droits fondamentaux humains.

Beaucoup de femmes qui ont subi cette guerre ont témoigné de façon diverse. La majeure partie d'entre elles sont devenues des dirigeantes d'associations puissantes. Souvent, elles mettent au centre les enfants, ces 1ères victimes de cette situation dont on peine à voir l'issue. Les indiens aussi, cette minorité très peu reconnue en Colombie où le racisme à leur égard est grand.

Une bibliothèque est à disposition pour les consultations locales. Si l'on veut acquérir l'un des 17 livres édités par le mémorial, le visiteur doit apporter en troc un livre sur le thème de la violence afin d'accroître le fond documentaire.

Daisy, notre jolie guide d'origine indienne a su donner de la chaire à cette visite et la rendre terriblement émouvante.
En sortant, nous avons admiré devant le Parc lieu de Paix & de Mémoire le Botéro en rénovation.

Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Calle 26- Bogotá - Musée Mémorial de la Mémoire Historique
Commenter cet article

Dominique 01/05/2015 08:55

c'est une bonne idée que d'avoir sorti de l'anonymat des anonymes. Une renaissance en quelque sorte un dernier hommage
Bises
A bientôt

@line 02/05/2015 05:57

C'est totalement vital pour l'avenir des jeunes générations d'avoir une HISTOIRE à laquelle ils puissent se référer pour pouvoir avancer de façon constructive...

Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.