Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.

20 Dec

SIN Sein, le plus grand Bouddha couché du monde!

Publié par @line  - Catégories :  #BIRMANERIES (Myanmaries)

PlusgrandBoudhaduMonde

Photo dédiée à ma fille Elyse pour son anniversaire le 20 décembre 2010

 

Proche de Moulmein : SIN Sein, le plus grand Bouddha couché du monde!

Sur un coup de tête, en 1998 le plus grand bouddha du monde allongé perd sa tête au Myanmar!

Il nous faudra presque 1/2 heure de voiture pour arriver sur le site ou repose ce gigantesque bouddha qui n'est pas encore totalement achevé et qui déjà subit les affres du temps!

Époustouflant!

Entre ciel et terre il surgit au détour d'une colline, après une longue route droite où déjà ébahis nous venions de dépasser la centaine de bouddhas tous différents, de 4 mètres de haut, a la queue leu leu, qui borde le chemin...

200 mètres de long, 34 mètres de haut repartis en 8 étages occupés par 182 pièces, des yeux en métal de 7 mètres de long!

Ce monstre sacré abrite un labyrinthe de salles plus ou moins terminées empoussièrées où la vie de bouddha est illustrée d'une suite de scènes avec des personnages hauts en couleurs, modelés a l'échelle humaine.

L'accès gratuit (donation libre a faire a l'interieur auprès d'un moine qui vous coopte aussitôt membre fondateur en vous délivrant un reçu) se fait après s'être déchaussé, par un long escalier où il s'agit d'évoluer dans un environnement de chantier... tous bénévoles!

Car c'est avec l'espoir de gagner une place dans un au delà plus clément, que travaillent ces pieux ouvriers aux ordres d'un moine (Bhaddanta Kesara). ;

Cet homme pieux fut appelé lors d'un rêve par une voix intérieure a réaliser un glorieux monument dédié a bouddha.
L'illustre personnage vit en ascète au sommet de la colline et espère voir l'achèvement de cette sculpture géante avant sa mort.

Or, voilà un peu plus de deux ans, contre toute attente, la tête totalement achevée et peinte il ordonne de la détruire (elle ne lui revenait pas?) et de la refaire.

Pourtant, tel que nous l'avons vue, elle subit déjà quelque détérioration... alors que les pieds ne sont toujours pas achevés!

Commencée en 1990, l'oeuvre de ce bout du monde rimera- t- elle un jour avec l'éternité ?

L'endroit est assez incroyable, avec une piscine de plein air où s'ébattent petits et grands.. Et toujours les seuls touristes occidentaux sur place!

Commenter cet article

Regine Knafo 01/02/2011 11:20



J'ai vu aussi un grand boudha couché en Thailande . On disait alors que c'était le plus grand( en 1995) Je ne  me rappelle plus du nom de la ville mais Idith doit s'en rappeler et avoir de
très belles photos



@line 02/02/2011 17:25







Petit 24/01/2011 19:18



Merci maman!!!



@line 25/01/2011 11:03







Archives

À propos

Ce journal a débuté avec la naissance des Blogs en 2005 comme une aventure. Il s'agissait d'un voyage de six mois en Inde, d'où son nom, !ndianeries. Mot inventé pour illustrer l'improbable : disposer de temps, n'avoir aucun attrait particulier ni attentes pour ce "continent", ne rien vraiment connaître des cultures locales. Une seule régle : un article par jour écrit sur des ordinateurs locaux, avec des claviers pourris, des temps d'attentes interminables.., d'où des corrections jamais réalisées ; je vous invite à l'indulgence.Jugez vous même de l'intérêt de ce voyage, découvrez "La malle de l'!nde" & les "!ndianeries", puis les voyages qui ont suivi, les humeurs de l'entre deux, le "Survivre au travail". Mon engouement à prendre mon temps, à cultiver la rencontre, le "rien faire", pour un hyperactive n'a plus jamais entamé mon goût "du partir" pour mieux revenir.